BandeauVague

La pratique du breton de l'Ancien Régime à nos jours

Le tout premier sondage sur la connaissance du breton

Le sondage ORTF de 1970

Les chaînes de radio et de télévision n'ont pas les mêmes possibilités que la presse écrite pour mesurer leur audience. Elles n'en ont pas, pour autant, moins besoin de la connaître, et c'est la raison pour laquelle elles font appel aux sondages d'opinion.

En juillet-août 1970, le «Service des Etudes de Marchés de l'ORTF» (Organisation de la Radio-Télévision Française) a ainsi effectué, à la demande de la Direction Générale, sous la direction de J. Périllat et pour le compte de la Direction régionale de Rennes, un sondage sur l'audience des émissions régionales de radio et de télévision en Bretagne. Le questionnaire portait sur la notoriété des émissions d'«Inter-Bretagne» - du nom de la radio régionale à cette date - ainsi que sur les habitudes d'écoute de la radio et des Actualités Régionales télévisées. Il s'intéressait donc aux émissions de radio en langue bretonne diffusées à l'époque par «Inter-Bretagne», et de ce fait, fut posée une question sur la pratique de la langue bretonne.

Ce sondage est certainement le premier à intégrer des préoccupations relatives à la pratique du breton. Il fut réalisé auprès d'un échantillon de 835 personnes de plus de 15 ans, résidant dans l'un ou l'autre des quatre départements de la région Bretagne : Ille-et-Vilaine, Côtes-du-Nord, Finistère, Morbihan. Ces personnes étaient consi-dérées comme représentatives d'une population de 1 900 000 habitants, et les quotas avaient été établis par département, selon le sexe, l'âge, la profession et l'habitat.

Une seule question fut posée concernant l'utilisation du français et du breton : «quelle langue utilisez-vous le plus souvent ?» L'on remarquera donc que cette question ne porte pas sur la compétence en breton des personnes interrogées (compréhension, expression orale, etc...), mais sur les occurrences, et singulièrement la fréquence avec laquelle elles s'expriment dans l'une ou l'autre langue, et ce, dans trois cas différents : en famille, avec des amis, au travail. Les pourcentages obtenus furent les suivants :

Français

Breton

Non-Réponses

En famille

84%

11%

5%

Entre amis

83%

12%

5%

Au travail

64%

8%

28%

Tableau. La langue la plus utilisée, d'après le sondage ORTF de 1970. Pourcentage de pratique du français et du breton en Bretagne.

Le sondage ne permet pas de savoir combien de personnes au total savent le breton, mais seulement pour combien il est le moyen principal de communication. 228 000 personnes, au maximum, considéraient donc en 1970 qu'elles s'exprimaient plus fréquemment en breton qu'en français, à savoir 12% de la population des quatre départements de la région Bretagne. Si le pourcentage est calculé par rapport à la Basse-Bretagne seulement, il s'élève à 19%. Les pourcentages sont quasiment identiques pour ce qui est de la langue de la famille et celle des relations amicales.

Toujours est-il que ce sondage est, à notre connais-sance, le premier qui ait été réalisé pour tenter de cerner des données relatives à la pratique du breton. Il a donc l'avantage de permettre les recoupements et croisements de réponses. Les éléments fournis par l'enquête sont les suivants :

  • «c'est dans le Finistère que la pra-tique du breton est la plus répandue : 21% des personnes interrogées disent le parler en famille, 12% dans les Côtes-du-Nord, 7% dans le Morbihan. Elle est nulle en Ille-et-Vilaine». La formulation de cette remarque apparaît quelque peu cocasse, puisque chacun sait que le breton ne se parle pas en Haute-Bretagne : il n'est donc pas surprenant que le résultat soit «nul en Ille-et-Vilaine», et moins important en Côtes-du-Nord et Morbihan qu'en Finistère. Mais le sondage ayant été réalisé à l'échelle des quatre départements bretons et sans doute par des enquêteurs peu avertis des réalités linguistiques de la région, il n'est pas surprenant que l'on aboutisse à de telles conclusions.
  • «la pratique du breton augmente avec l'âge. 17% des plus de 50 ans disent le parler en famille, contre 3% des moins de 25 ans». Ceci veut dire que les jeunes de 15 à 25 ans qui s'expriment usuellement en breton sont dix fois moins nom-breux à le faire que les personnes âgées de plus de 50 ans. Il ap-paraît clairement que la population bretonnante est particulière-ment âgée.
  • «le breton est surtout usité chez les agriculteurs : 26% d'entre eux le parlent en famille, 6% dans les autres catégories de la population, sauf chez les étudiants : 1%». Par ailleurs, «le breton est le plus employé dans les communes rurales : 23%». Le breton est d'abord le moyen d'expression des ruraux, et plus spéciale-ment des agriculteurs.

Cette analyse des résultats du sondage de 1970 est complétée par un élément non chiffré précisant que «ce sont les personnes de niveau d'instruction primaire qui parlent le plus le breton». Cette précision est importante, dans la mesure où l'on sait que 66% des personnes interrogées sont du niveau du primaire.

En combinant cinq éléments : géographie, profession, âge, instruction, zone de résidence, il est possible d'établir un premier portrait des bretonnants d'après le sondage ORTF de 1970 - bretonnant étant toujours pris ici dans le sens de personne s'exprimant en breton plus souvent qu'en français, et non dans celui de personne sachant le breton. Il s'agit de Finistériens, d'agriculteurs de profession, âgés de plus de 5O ans, de niveau d'instruction primaire, et résidant dans une commune rurale. C'est la première fois que le portrait des bretonnants se révèle si nettement avec ces caractéristiques.

Accueil

Le blog langue bretonne

SOCIOLINGUISTIQUE ET HISTOIRE

Les sondages sur la langue bretonne : combien de locuteurs?

La pratique du breton de l'Ancien Régime à nos jours

L'interdiction du breton en 1902

Les livres publiés par Fañch Broudic

Les articles publiés par Fañch Broudic

REPERES

Les pages "biblio"

Les courriels reçus… Les réponses à vos questions…

Les pages infos

AR PAJENNOU BREZONEG

Pajennou nevez

Piou oar brezoneg ?

Emile Masson ha "Brug"

Leoriou all gand Fañch Broudic

Yez, lennegez, istor

© Fañch Broudic 2002 - 2009

Bandeau2

La photo : Signalétique routière près de Brennilis (Finistère).

www.langue-bretonne.com
Signalétique routière bilingue près de Brennilis
Le blog "langue bretonne" Contact La page infos Accueil
 

La thèse : présentation, table des matières…

 

Le tout premier sondage sur la pratique du breton

 

Une émigration bretonnante

 

Langue bretonne et nouvelles socialisations

 

Pour quelles raisons la pratique du breton a-t-elle diminué ?

 

L'interdiction du breton en 1902 : présentation du livre

 

Le contexte poilitique de la circulaire Combes

 

L'interdiction du breton : la réaction des élus

 

Dernier titre paru : Le breton, une langue en questions

 

Les livres publiés par Fañch Broudic

 

L'interdiction du breton en 1902

 

A la recherche de la frontière : la limite linguistique

 

Histoire de la langue bretonne

 

Les articles publiés par Fañch Broudic : biblio

 

Relecture sociolinguistique d'une recherche phonologique

 

Exposer une langue : l'exemple du breton

 

Pierre-Jakez Hélias et la langue bretonne

 

"Brug" : une revue libertaire en langue bretonne au début du XXe siècle

 

Le tout premier sondage en 1970

 

Parler breton au XXIe siècle : nouveau sondage

 

Parler breton au XXIe siècle : les chiffres-clés

 

Quelle opinion les Bretons ont-ils de leur langue ?

 

Les livres publiés par Fañch Broudic

 

Les articles publiés par Fañch Broudic : biblio

 

Sociolinguistique 1

 

Sociolinguistique 2 : langue bretonne

 

Histoire 1

 

Histoire 2 : deux almanachs révolutionnaires en breton

 

Questions d'étudiants et de chercheurs

 

Traductions en tous sens

 

Noms, prénoms et autres noms

 

Infos : colloques, revue de presse…

 

Fañch Broudic : CV et biblio perso

 

La page des liens "langue bretonne"

 

Pour contacter Fañch Broudic

 

Gwengamp o c'hoari football : biskoaz kemend-all !

 

Marvet eo Remi Derrien

 

Kenavo d'am labour

 

Petra c'hoarvez e bro-Chin hag en Tibet ?

 

Piou a ra gand ar brezoneg ?

 

Petra 'zoñj ar Vretoned euz o yez ?

 

Enklask an INSEE : 257 000 brezoneger e Breiz

 

Al leor nemetañ diwar-benn "Brug"

 

Petra 'skrive "Brug" : eun dibab a destennou

 

Moueziou a leh all : troidigeziou diwar skrivagnerien ar bed

 

Combes a-eneb ar brezoneg

 

Taolennou ar baradoz

 

Skridvarnerez

 

Lennadennou a nevez 'zo

 

Paotred ar brezoneg

 

Daou almanag brezoneg euz amzer an Dispah